Séances expérimentales: found footage, années 20/30

mercredi 30 novembre -1

Le 30 novembre et le 1er décembre

Le found footage (littéralement : pellicule trouvée), en érigeant le montage en unique instance de création, jette le soupçon sur l´identité et la stabilité de la figure de l´auteur. Nous avons retenu deux tendances parmi les multiples voies que ce cinéma a frayées : les films de compilation entrepris depuis le début des années vingt d´une part, un cinéma autoréférentiel qui interroge les formes du passé depuis la fin des années soixante d´autre part.

Brunel et Storck, en dignes représentants de la pratique de l´assemblage, se livrent à des démontages burlesques d´actualités et à une critique politique corrosive de divers métrages détournés. Cornell, en bon adepte du ready-made aidé, dépèce un drame de la jungle qu´il érige en objet trouvé surréaliste.

Plus tard, dans le prolongement du méta-cinéma et de son matérialisme (Tom Tom... de Ken Jacobs – voir supra – reste la référence insurmontable en la matière), Al Razutis investigue dans sa série Visual Essays différents modes de représentation cinématographique, depuis les films des premiers temps jusqu´à l´avant-gardisme et le classicisme des années vingt.

Spoutnik, mardi 30 novembre à 21 heures:
Crossing the great Sagrada (G.-B., 1924, 15´)
de Adrian Brunel
Cut it out (G.-B., 1925, 19´) de A. Brunel
Histoires du soldat inconnu (Belg., 1931, 10´)
de Henri Storck
Sur les bords de la caméra (Belg., 1932, 10´)
de H. Storck
Rose Hobbard (E.-U., 1936-1939, 20´)
de Joseph Cornell

ESBA, mercredi 1er décembre 18 heures:
Visual essays: Origins of films (Canada, 1973-1984, 68´) de Al Razutis
ESBA: 2, rue du Général-Dufour, 1204 Genève