Dyn amo

Film

Dynamo, c’est à l’origine une pièce de Chris Wilkinson qui se déroule dans un club de strip-tease et qui finit par établir un parallélisme avec la torture des prisonniers politiques. Rejouée sous le regard aiguisé de la caméra de Dwoskin, Dyn Amo s’apparente à une dynamique inexorable qui scrute les masques et les apparences pour les mettre littéralement à nu.

DYN AMO est un "drame" qui étudie la distinction entre l'être d'une personne (son moi) et la projection de ce moi sur les autres. Le résultat, c'est un "film d'horreur" qui suggère tragiquement comment une projection du moi peut devenir plus substantielle que le moi qui se cache derrière. Les sujets du film sont les suivants : le fait de jouer un rôle (en particulier dans le domaine sexuel) et le masochisme qui en découle lorsque l'on joue le rôle qui est attendu par les autres à titre d'exploitation. Comme beaucoup de courts métrages de Dwoskin, DYN AMO a pour démarche de voir ce qui se passe, qu'est-ce que l'on voit lorsque l'on regarde le visage de quelqu'un de très près avec une caméra. Les conclusions s'adressent toujours d'abord au spectateur qui prend conscience de certaines choses le concernant, avant de tenir compte des affirmations véhiculées par le film sur le rapport entre la caméra et la personne filmée. Mais DYN AMO permet à Dwoskin de porter ces considérations plus loin. Il n'y a pas plus de didactisme ici qu'il n'y en a eu auparavant, mais il y a une vision plus large. Les masques sont plus complexes, les rituels plus élaborés et la volonté de "voir à travers" plus aiguë.

Auteur Dwoskin Steve
Pays Etats-Unis
Année 1972
Durée 120'
Genre Expérimental
Version v.o.
Couleur Couleur
Format 35mm
Thème Stephen Dwoskin (1939-2012) , RETROSPECTIVE STEPHEN DWOSKIN