House

Film

Pour les vacances d’été, la jeune Oshara emmène sa bande de copines dans le manoir de sa tante, perdu en pleine campagne. Il s’agit pour l’adolescente d’oublier la nouvelle vie que son père compte commencer avec une belle inconnue. Mais le groupe de jeunes filles va découvrir trop tard que, dans cette maison, des forces maléfiques entrent en action dès la nuit tombée.

Premier long métrage de Nobuhiko Obayashi, HOUSE n’a pas d’équivalent au cinéma. C’est d’autant plus étrange que le canevas de base est profondément ordinaire. Or, c’est justement en détournant les codes du film d’horreur qu’Obayashi transcende son sujet et en fait un O.V.N.I. cinématographique. Débutant comme une comédie pour adolescents (teintée d'érotisme) pour sombrer dans un fantastique excentrique, HOUSE montre des doigts coupés qui dansent, une tête tranchée mordant des fesses, une symphonie composée de miaulements de chats,… Délivré de toute forme de convention, le film enchaînent les excès visuels. Véritable catalogue de tout ce que l’on peut faire subir à des images: inversions, ralentis, saccades et autres torsions mécaniques. Rare et unique.

Auteur Obayashi Nobuhiko
Pays Japon
Année 1977
Durée 88'
Genre Fiction
Version v.o. s.-t. anglais
Couleur Couleur
Format 16mm
Thème