Die stille vor bach

Film

À Leipzig, Johann Sebastian Bach occupe un poste de maître-chanteur à l’école de St Thomas. Si son travail est respecté, sa musique n’est pas encore reconnue. Elle le deviendra, les siècles passant, après la mort du compositeur. Au-delà de Bach, c’est son œuvre, à travers l’espace et le temps, dont nous suivons ici la biographie.

Catalan, Pere Portabella est l’une des figures les plus singulières du cinéma espagnol. Producteur de LOS GOLFOS de Carlos Saura et de VIRIDIANA de Luis Buñuel, il s’est toujours battu pour que son art conserve la plus totale indépendance. De fait, on ne sera guère étonné qu’entre deux films-manifestes, il ait réalisé le making of du DRACULA de Jess Franco, autre figure insoumise du cinéma ibérique. S’attaquer à Bach semblait donc tomber sous le sens, la rencontre virtuelle avec un génie étant un défi pour les auteurs francs-tireurs. Des images symboliques et surréalistes servent à donner du corps à un film autant expérimental et philosophique que populaire et de qualité. Difficile de rendre aussi vivante et réflective la musique de celui qui a donné à cet art le plus grand nombre de lettres de noblesse.

Auteur Portabella Pere
Pays Espagne
Année 2007
Durée 102'
Genre Fiction
Version v.o. s.-t. français
Couleur Couleur
Format 35mm
Thème